Le Projectionniste

by Les Comptes de Korsakoff

/
  • Streaming + Download

    Includes high-quality download in MP3, FLAC and more. Paying supporters also get unlimited streaming via the free Bandcamp app.

      name your price

     

  • Digipack - Sérigraphié - Le Projectionniste
    Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Le Projectionniste via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.

    Sold Out

1.
03:09
2.
07:11
3.
06:16

about

Le Projectionniste (2014), grows in a perspective where the passing time is the dominant preoccupation : his impact, his elasticity. It is seen as a memory reminder as well as a symbols maker.

The EP production "Le Projectioniste" had been made with the help of puzzle collective composed by Linda Roux (illustrator), Romain Limacher (Webmaster) and the screen print workshop "Puzzle".

credits

released December 15, 2014

Fanny George : vocals
Geoffrey Grangé : bass, vocals
Guillaume Pluton : trumpet
Diego Fano : alto saxophone
Paco Andreo : tuba
Olivier Valcarcel : guitar
Marie Claude Condamin : cello
Christophe Blond : piano
Quentin Lavy : drums

All songs by Geoffrey Grangé

Arranged by Guillaume Pluton

Produced by Puzzle

Recorded and mixed by Olivier Valcarcel at studio Cockpit Prod

Mastered by Pascal Coquard at studio Les Tontons Flingueurs

Paintings and artworks by Linda Roux lindaroux.canalblog.com

Screen printing by "Atelier Puzzle" - Geoffrey Grangé.

tags

license

about

LCDK - Les comptes de Korsakoff France

"Les Comptes De Korsakoff" is a jazz, rock music ensemble based in Chambéry (Savoy, France)

contact / help

Contact LCDK - Les comptes de Korsakoff

Streaming and
Download help

Redeem code

Track Name: Avant-propos
"Peu importe si vous ne me comprenez plus.
Je témoigne pour l'après.
C'est cela qui compte désormais."

Il est debout. Sans ombre. Devant les lourdes portes de la Citadelle Antique .
A cette heure, le paysage n’est pas accueillant ; rochers acérés, herbe rare, arbres décharnés.
A l’intérieur, il sait la foule l’attendre sans un mot. Il se sait acculé, transpercé par leurs yeux sans vie.
Dans sa poche gauche, une bobine ; le film de son existence.
Dans la poche droite, la réplique parfaite et absolue de la graine qui germe doucement (espère-t-il), quelque part…
De la vie de chaque côté , en somme.

Que doit-il faire? se délester des couches d’oripeaux trop petits et désuets qui l’entravent, ou au contraire, se calfeutrer, s’en réchauffer , pour se raffermir au seuil de la Citadelle, en resserrant les pans de son vieux manteau, en rajoutant un tour à son écharpe de laine, en enfilant ses mitaines pleines de doigts imaginaires ?

Il va falloir essayer de débobiner la bobine enroulée !

C’est quoi le film déjà ?....

Marie-Claude Condamin.

"Never mind if you can no longer follow me.
I speak for what is to come. That is what counts from now on.
He is standing there without a shadow, before the heavy gates of the ancient citadel. At this time the landscape does not look inviting: jagged rocks, tufts of grass, withered trees.

Inside he knows the crowd silently awaits him. He realises he is cornered, their lifeless eyes boring into him. His left pocket holds a roll of film, that of his existence.

His right pocket holds the absolutely identical replica of the slowly growing seed, or so he hopes, somewhere – life on either side, basically.
What should he do? Discard the layers of rags, too old and worn which are holding him down, or make himself snug, warm and build up his strength on the threshold of the citadel, tugging the folds of his old coat, tying his woollen scarf tighter, putting on his mittens that are full of imaginary fingers.

The film roll shall have to be unwound!

What is the film, again?

Marie-Claude Condamin
Track Name: La Citadelle
Il sort la bobine de sa poche, la soupèse ; à contre-jour, il fait défiler la pellicule…l’enfant s’anime, sort des roseaux, et parle :

« Je me moque de l’orage, il ne m’impressionne plus. Je n’ai plus peur de l’obscurité.
Les entrailles de la terre ont ébranlé mon paysage pour mieux me faire jaillir. J’avais mille ans, mais le temps a coulé : je suis enfin un enfant.
L’ombre ne m’a pas recouvert, elle ne m’a pas découvert ; elle m’a provoqué, elle a seulement hâté ma mue.
Je déploie mes ailes, personne ne sait dans quelle direction je vais prendre mon envol. Maintenant voilà, je vole.
Le vent me pousse puis me freine ; il me précipite vers le sol, puis me propulse en l’air. Je suis un CERF-VOLANT !!!
Celui qui me tient, c’est TOI, le Projectionniste!
Tu me tires, tu vitupères, tu commandes ; mais je tire aussi, de toutes mes forces!

Et CRAC.

Tu ne peux plus me désorienter, tu ne peux plus m’orienter.

Toi les pieds dans la glaise à protéger ta graine idéale,

Moi le nez dans le ciel. »

Marie-Claude Condamin
Track Name: Le Temps
Les murs de cette forteresse sont trop hauts , trop raides , trop parfaits ...
Lui ,se tient toujours debout , jambes serrées , un roseau sensible ; quelque chose cloche .
La nuit trop noire , les étoiles trop opaques , le piège trop parfait , ou la mise à l'épreuve , ce qui revient au même.
Le contenu de ses poches prend de plus en plus de place, de vie . Il ne voit pas au delà des murs ;
La facade qu'il nargue est en carton pâte ; un décor de cinéma . Derrière , un terrain vague , à perte de vue .....

..... Et loin , encore plus loin ..............l'amer ;

Le temps s'effiloche , les âges se confondent , les générations , les filiations, les attirances ;

La citadelle , c'est celle du temps ...

Marie-Claude Condamin.